Une langue, une multitude de cultures

Le français est ma seconde langue étrangère. J’ai commencé à l’apprendre à l’école, à l’âge de 12 ans. Le français est aujourd’hui parlé par environ 220 millions de personnes dont 115 millions de locuteurs natifs, sur tous les continents. Dans 38 pays il est la langue officielle ou administrative : en dehors de la France également, par exemple, en Algérie, en Belgique, au Cambodge, au Cameroun, au Canada, en Suisse, au Tchad et au Vanuatu. C’est une langue mondiale qui connaît de nombreuses variétés : Au Canada, par exemple, il y a le français québécois, le français acadien et le français terre-neuvien. Des institutions comme l’Académie française, l’Office québécois de la langue française au Canada et le Service de la langue française en Belgique se sont donnés la mission de standardiser le français.

Le monde francophone est pourtant loin d’être uniforme, au contraire : Il offre un kaléidoscope riche en couleurs, plein de cultures et des stéréotypes. Cliché!, un film d’animation réalisé par un français propose avec humour et autodérision de faire découvrir les nombreuses idées qui persistent à l’étranger sur la France et ses habitants. D’ailleurs il y a aussi une version en anglais, évidemment avec un joli accent. Une agence de presse française voulait savoir comment les Français sont vraiment vus dans le monde. Un court métrage explique l’art de la bise. Une chaîne de télévision française a découvert qu’il y a des Américaines qui rêvent d’être françaises, pendant qu’un polyglotte irlandais discute avec une Franco-Canadienne sur les différences entre les Français et les Québécois.

Quelle est votre langue maternelle ? Et quel est votre pays d’origine ? Ma langue maternelle, c’est l’allemand. Je suis née en Allemagne, j’y ai grandi et reçu mon imprégnation culturelle. Si je voyage à l’étranger, il semble que mon origine se lit sur mon visage, avant même que j’ai dit un mot. Est-ce que cela vous arrive aussi parfois ?

Le Goethe Institut voulait savoir : Que pense l’Europe de l’Allemagne ? Sur la liste des choses qui déplaîent particulièrement, la cuisine allemande arrive en première place. Un participant de l’enquête pourtant considère la « Currywurst » comme étant l’invention allemande la plus importante. Peut-être il n’a jamais entendu parler du strandkorb, qui fut créé en 1882 par Wilhelm Bartelmann, un vannier de Rostock. Merci Monsieur pour ce merveilleux meuble de plein air ! D’ailleurs c’est l’endroit parfait pour manger de la currywurst à la plage.

Avec plus de 100 millions de locuteurs, l’allemand figure parmi les 10 langues les plus importantes du monde. C’est la langue officielle dans plusieurs pays, dont l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, la Belgique et le Luxembourg, avec des variétés linguistiques correspondantes. De plus, il compte parmi les langues nationales de la Namibie, aux côtés de l’otjiherero, de l’oshiwambo, du tswana, du damara-nama et de l’afrikaans. Ne vous êtes-vous jamais demandé combien des fois la diffusion d’une langue fut rattachée au colonialisme ?

Autres pays, autres cultures, d’autres habitudes. Quelle est votre première association avec l’Autriche ? Le pays de Mozart, Sissi, Arnie et Christoph Waltz, deux fois lauréat d’un Oscar, est une destination de voyage très populaire, et pas seulement pour les Allemands. Dans la vidéo de sa chanson « Je suis le p’tit autrichien » qui atteint le hit-parade, un jeune immigré originaire du Burundi joue avec les stéréotypes pour reposer la question de l’identité autrichienne.

Une émission de télé suisse invitait les spectateurs à envoyer des images avec des objets qui sont typiques pour le pays de Heidi. Le résultat : La Suisse en 100 choses, collection impressionnante. Dans son blog, une expat suisse en vadrouille dans le Sud de la France présente 10 clichés sur la Suisse et raconte les différences entre ce pays et la France, qui d’après elle sont au moins aussi nombreuses que les trous dans l’emmental.

L’anglais est la langue maternelle de 375 millions de personnes et la langue officielle dans plus de 80 pays. Mais ce royaume gigantesque de l’anglophonie abrite une société multiculturelle, avec de nombreuses variétés linguistiques et des différences prononcées quant aux styles de vie, mentalités et habitudes.

Dans son blog, une Française qui habite en Angleterre analyse 10 clichés sur Londres et les londoniens, tandis qu’une étudiante française en Angleterre partage ses expériences en ce qui concerne les clichés britanniques et la réalité. Une journaliste bilingue présente 10 stéréotypes des Français sur les Américains, et un voyageur français examine les clichés que les Français ont à propos de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.

Le gouvernement canadien a d’ailleurs lancé un centre d’apprentissage interculturel. Ce projet exemplaire fournit des informations utiles sur un grand nombre de pays du monde, ainsi que des réponses aux questions comme « Que dois-je savoir à propos des communications verbales et non-verbales? », et cela non seulement de la perspective canadienne, mais aussi du point de vue de l’autre nationalité – par exemple de l’Allemagne, ou de votre pays.

Que serait le monde sans experts pour la communication internationale? C’est bien d’avoir des traducteurs et des interprètes.

Johannes Vermeer - The Astronomer - WGA24685

Citations sur l’art de traduire

La traduction constitue souvent un défi complexe. Beaucoup d’écrivains de grande renommée ont largement influencé la littérature mondiale, et leur succès est dû notamment à la traduction de leurs œuvres dans différentes langues. Ce que l’on sait moins, c’est que certains de ces fameux écrivains furent aussi des traducteurs qui réfléchirent sur le rôle et la maîtrise de ce métier :

« Dans une traduction, il faut aller jusqu’à l’intraduisible. C’est alors seulement qu’on s’aperçoit combien une langue nous est étrangère, ainsi que la nation qui la parle. »
(Johann Wolfgang von Goethe, Maximes et Réflexions, 1826. Traduction de Sigismond Sklower, 1842.)

« Et c’est ainsi qu’il faut considérer chaque traducteur : il est l’intermédiaire de cet universel commerce de l’esprit et son affaire, c’est de favoriser cet échange de biens. Car, quoi qu’on puisse dire de l’insuffisance des traductions, elles sont, et restent, l’une des plus importantes et des plus nobles activités du monde. »
(Lettre de Johann Wolfgang von Goethe à Thomas Carlyle, 1827. Traduction de Georges Khnopff, 1921.)

« Il est bien plus facile de traduire une plaisanterie qu’un sentiment. Celui qui est spirituel aussi bien que celui qui ne l’est pas, peuvent la répéter, mais le coeur seul peut trouver le langage du coeur. Il a ses règles propres, et c’en est fait de lui, si on les méconnaît, et si on veut en revanche le soumettre aux règles de la grammaire, et lui donner la froide précision, l’ennuyeuse clarté que nous exigeons d’une proposition logique. »
(Gotthold Ephraim Lessing, La Dramaturgie de Hambourg, 1767/69. Traduction de M. A. Desfeuilles, 1889.)

« N’est-il pas singulier qu’une traduction littérale soit presque toujours mauvaise? Et pourtant, tout se peut bien traduire. On voit par là toute la portée de ces mots: comprendre une langue à fond. Cela signifie: connaître à fond le peuple qui la parle. »
(Georg Christoph Lichtenberg, Aphorismes. Traduction de Marthe Robert, 1947.)

« La fidélité d’un traducteur se transforme en infidélité si elle lui fait obscurcir son original. »
(Gotthold Ephraim Lessing, Rettungen des Horaz, 1754. Traducteur inconnu.)

« Les traducteurs peuvent être considérés comme des entremetteurs qui nous vantent les attraits d’une belle à moitié voilée ; ils excitent en nous un irrésistible désir de voir l’original. »
(Johann Wolfgang von Goethe, Maximes et Réflexions, 1826. Traduction de Sigismond Sklower, 1842)

Alexander Roslin 001